Une fille trop au net…

Marie Laroche-Fermis

Éditions Art et Comédie

 

3, rue de Marivaux 75002 Paris Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction réservés pour tous pays ISBN : 978-2-37393-283-6 © Fantasio/Éditions Art et Comédie 2019

 

Note de l'autrice

 

Mon seul but en écrivant des pièces est d'amuser et de faire oublier, le temps d'une représentation, ce qui nous blesse le corps ou le cœur. J'espère y être parvenue avec cette histoire pleine de surprises…

 

Marie Laroche-Fermis

 

Personnages

 

Lucie, petite amie de Renaud Renaud, petit ami de Lucie

Camille, fille d'Élisabeth et Léon

Madame Rose, la propriétaire

Catherine, mère de Lucie

Élisabeth, mère de Camille, femme de Léon

Léon, père de Camille, mari d'Élisabeth

Luciano Patatrotti, professeur de chant

Augustin, premier correspondant sur internet

Franck, second correspondant sur internet

 

Décor

 

Un salon très cosy, canapé, poufs, table basse, guéridon etc… Une entrée, une sortie vers la cuisine, une sortie vers la chambre.

 

Acte I

 

Lucie

Ne bougez pas Madame Rose, ça change l'ombre et la lumière sur votre visage…

Madame Rose

C'est pas mon genre de rester immobile aussi longtemps… ça me démange de partout. (Elle se gatte le front, une oreille, etc.) Je serais assise sur une fourmilière, ça serait pas pire !

Lucie

C'est la dernière pose, promis. Encore un peu de patience et j'aurai terminé.

Madame Rose

Ouais… En attendant, c'est pas facile d'être modèle !

(Camille se met à faire des vocalises.)

Madame Rose

Qu'est-ce que c'est ?

Lucie

C'est Camille. Elle s'échauffe la voix.

(La voix de Camille est de plus en plus forte.)

Madame Rose

C'est plutôt nos oreilles qu'elle échauffe !

Lucie

Elle chante très bien vous savez. Elle prépare une audition. Si elle est retenue, elle va participer à un opéra !

Madame Rose

Moi, l'opéra, ça me plombe. Toujours des drames, un qui meurt à la fin et qui en finit plus de le crier… j'aime mieux l'opérette "Poussez, poussez, l'escarpolette, lalalala…" (Camille monte en puissance, grimpant dans la tonalité.)

Madame Rose

Une voix comme ça, je savais pas que ça existait…

(Camille fait un couac énorme. Lucie et Madame Rose sursautent.)

Madame Rose

Elle est pas encore à l'opéra Garnier !

(Camille arrive.)

Camille

Zut ! J'en ai marre, marre.

Lucie

Tu as failli me faire ruiner ma toile ! Mon pinceau est passé à un centimètre…

Camille

Je n'y arriverai jamais. Impossible de sortir cette satanée note finale ! J'en ai assez, j'abandonne. Je n'irai pas à l'audition. Je ne veux pas me ridiculiser.

Lucie

Tu vas y arriver, j'en suis sûre. Tu as encore tout le week-end pour répéter.

Camille

Tu parles ! Je suis dégoûtée…

Madame Rose

Eh ben, ma grande, faut pas être défaitiste comme ça dans la vie !

Camille

Je ne suis pas défaitiste, je suis réaliste. Sans la note finale, c'est mort ! À quoi ça sert que je m'époumonne. En plus, apparemment, je dérange…

Lucie

Mais non ! C'est juste que j'étais concentrée sur ma peinture… ça m'a surprise, c'est tout.

Camille

Allez, laisse tomber. De toute façon il n'y a pas Renaud pour t'aider à me donner la réplique.

Lucie

Je me débrouillerai… je ferai les deux voix…

Camille

(se mettant à pleurer)

C'est mort je te dis, mort !

(Elle repart.)

Lucie

Oh, la pauvre !

Madame Rose

T'inquiète, ma belle, elle va se calmer.

Lucie

J'espère… C'est si important pour elle !

Madame Rose

C'est grave si elle l'a fait pas cette note ?

Lucie

La décision du jury va en dépendre…

Madame Rose

Ben alors… Bon, je reprend la pose ?

Lucie

Non, ce n'est pas la peine. J'ai fait le principal. Je n'ai plus qu'à donner quelques coups de pinceau par ci par là…

(Elle recouvre le tableau d'une toile fine.)

Madame Rose

J'espère que tu m'as pas ratée !

Lucie

Je crois que vous serez contente…

Madame Rose

C'est chouette d'avoir pensé à faire mon portrait.

Lucie

C'est ma façon de vous remercier. Cet hôtel particulier est si agréable… et je sais très bien que le loyer que vous en demandez est très en-dessous du marché.

Madame Rose

Je voulais pas qu'il reste inoccupé en attendant que j'y revienne pour mes vieux jours et puis, j'aime la jeunesse et les artistes, alors… j'y serais encore si le vieux grincheux d'en face était pas venu se plaindre de toutes les allées et venues. Faur dire que mes filles savent fidéliser la clientèle.

Lucie

Elles sont où maintenant vos… filles ?

Madame Rose

On a toutes mis nos économies en commun pour acheter un grand appartement. Je voulais pas qu'elles finissent sur le trottoir et elles non plus.

Lucie

En tout cas, ici c'est l'idéal pour nous. On a de l'espace, on est au calme… moi, ça stimule mon imagination et Camille peut vocaliser sans déranger personne. (Montrant le chevalet.) Si un jour je suis célèbre, ce tableau vaudra une petite fortune !

Madame Rose

Je veux pas te casser le moral, ma belle, mais le temps que ta signature soit cotée, il me servira plus qu'à me payer un bel enterrement.

(La porte s'ouvre. Renaud lâche son sac de voyage, tout souriant.)

Renaud

Surprise !!!

Lucie

Renaud ! Mais… qu'est-ce que tu fais là ?!

Renaud

J'ai connu des accueils plus chaleureux…

Lucie

Je te croyais à Singapour…

Renaud

Grève sauvage des bagagistes. C'est cool, non ? Bonjour Madame Rose.

(Il l'embrasse.)

Madame Rose

Salut beau gosse. Alors comme ça, le steward a son week-end ?

Renaud

Eh oui ! (À Lucie.) Ça n'a pas l'air de t'enchanter on dirait ?

Lucie

Que tu es bête ! Je suis ravie !

Renaud

Prouve-le.

(Lucie lui fait plein de petits bisous.)

Renaud

J'aime mieux ça ! Je suis devenu sourd ou Camille n'est pas là ?

Lucie

Elle n'arrive pas à sortir son contre-ut. Elle ne veut plus répéter et a décidé qu'elle n'irai pas à l'audition.

Renaud

Attends, ça fait plusieurs semaines qu'elle travaille son morceau, ce serait dommage de renoncer !

Madame Rose

Plusieurs semaines !… ah oui, quand même…

Renaud

Je vais la chercher. Ça tombe bien que je sois là. On va la faire travailler à mort. Elle va bien finir par la sortir cette note !

(Il attrape son sac et sort côté chambres.)

Madame Rose

(montrant le chevalet)

Je peux voir ?

Lucie

Je préfère qu'il soit vraiment terminé, ensuite il sera à vous ! Je ne dis pas que ce sera un chef d'œuvre mais…

Madame Rose

Avec ma tête ça risque d'être un chef d'œuvre en péril…

Lucie

Oh ! Madame Rose !

Madame Rose

Faut bien rire de ses malheurs. J'ai fait mon temps, c'est tout. C'est peut-être difficile à croire mais, à l'époque, j'ai eu mon petit succès…

Lucie

Je n'en doute pas une seconde !

(Renaud revient, trainant une Camille qui traine des pieds.)

Renaud

Allez, fais pas ta tête de cochon. On s'y met, on répétera autant de fois qu'il faudra.

Camille

Ça servira à rien !

Renaud

Essaie de ne pas penser à la note finale. Moins tu te focaliseras dessus, plus elle viendra.

Lucie

Il a raison. Allez, on y va !

Madame Rose

Je peux écouter ?

Camille

Oh non ! Ça va me stresser.

Lucie

Et le jury, il va pas te stresser peut-être ?

Renaud

C'est parti !

(Il prend sa partition, donne l'autre à Lucie. Madame Rose s'installe sur le canapé. Renaud et Lucie toussotent, font quelques vocalises. Camille essaie de se décontracter, souffle… Camille met la musique en route. Renaud et Lucie se tiennent les mains. Camille se "cache" à l'écart et les observe. Ils chantent.)

Renaud

"Que la journée fut longue, enfin je te rejoins"

Camille

"Que font-ils là tous deux, heure entre chien et loup ?"

Lucie

"Elle fut pour moi aussi une journée sans fin"

Camille

"Ils s'étreignent, se caressent, mais, c'est un rendez-vous !"

Renaud

"Nous voici enfin seuls, ô amour de ma vie"

Lucie

"Ô toi, Ô mon aimé, si doux, si beau si tendre"

Renaud

"Ah… donne-moi tes lèvres, d'un baiser j'ai envie"

Lucie

"Pas ici mon cher cœur, on pourrait nous surprendre…"

Camille

"Non, ce n'est pas un rêve, ce n'est pas un hasard Mon cœur se déchire, se coupe en deux et saigne Ils sont là, tous les deux, c'est un vrai cauchemar Elle se dit mon amie et me trahit, la teigne !"

Renaud

"Viens, suis-moi mon aimée, je veux tes bras, ton corps"

Lucie

"On est fous, je le sais mais, c'est plus fort que nous…" (Ils s'éloignent.)

Camille

"Tous ces mots me poignardent, encore et encore Je sens que je m'écroule et je tombe à genoux… Je meurs !" (Sa voix part en vrille. Tous plissent les yeux et rentrent la tête dans les épaules.)

Madame Rose

Aïe aïe aïe… eh ben, c'est pas gagné !

Camille

(desespérée)

Je vous l'avais dit ! Cette note ne passe pas ! Je n'ai aucune chance, je n'irai pas, un point c'est tout !

Lucie

Tu as encore le temps de…

Camille

De rien du tout ! C'est mort, je te dis ! C'est foutu, cuit et archi-cuit !

(Elle sort.)

Renaud

Pauvre Camille… Je ne vois pas comment l'aider. On ne peut rien faire de plus.

Madame Rose

Elle a jamais pris de cours de chant ?

Lucie

Bien sûr que si ! Elle vise peut-être trop haut, après tout.

Renaud

Si on ne vise pas haut, on n'arrive à rien.

Madame Rose

Il a raison, on réussit pas si on a pas l'ambition. Moi j'ai commencé toute seule, au bois de Boulogne et maintenant je suis chef…

Renaud

Elle en est capable, elle fait un blocage psychologique, j'en suis certain.

Madame Rose

Elle a peut-être pas eu le bon prof.

Lucie

Les vrais professionnels sont chers…

Madame Rose

Ça dépend, moi je connais quelqu'un qui est un maître chanteur…

Lucie

Non mais, Madame Rose, on parle de chant là, du vrai.

Madame Rose

Mais moi aussi. On l'appelle comme ça parce que c'est un crack. Il travaille avec les plus grands noms de l'opérette !

Renaud

Vous avez ça dans vos relations ?

Madame Rose

Entre autres…

Renaud

Et vous pensez qu'il pourrait l'aider, en deux jours seulement ?

Madame Rose

Elle a rien à perdre d'essayer.

Lucie

Vous croyez qu'il accepterait de venir ?

Madame Rose

Il m'a jamais rien refusé. En plus, je sais qu'il est libre, il vient de rentrer de tournée…

Lucie

Ce serait inespéré…

Renaud

Et une chance énorme pour Camille…

Madame Rose

Dès que je suis chez moi, je l'appelle.

Renaud

Vous voulez mon portable ?

Madame Rose

Pas la peine, je connais pas son numéro par cœur.

Renaud

Eh bien le week-end va être chargé… avec la fête des mères.

Madame Rose

Moi, on me l'a jamais souhaitée, la fête des mères.

Lucie

Jamais ?

Madame Rose

Jamais. Ça doit être bien…

(Renaud et Lucie se regardent et se font un signe de la tête.)

Lucie

Si votre ami accepte, revenez avec lui et restez avec nous.

Madame Rose

Je veux pas déranger.

Renaud

Au contraire ! Il sera là en permanence pour faire travailler Camille et vous, on vous souhaitera bonne fête.

Lucie

Après tout, vous êtes comme une seconde mère pour nous.

Madame Rose

C'est gentil de me dire ça… je sais pas quoi dire…

Lucie

Dites oui, Madame Rose, tout simplement !

Madame Rose

C'est d'accord !

Lucie

Super ! Alors à tout à l'heure et merci mille fois…

Madame Rose

De rien, ma belle. C'est moi qui te remercie et t'inquiète pas, je vous ramène la vedette. Tu vas voir comme il va lui décoincer les cordes vocales à la Camille !

(Elle part.)

Lucie

Madame Rose est vraiment notre bonne étoile. Grâce à elle on a pu louer cette maison, on a un prof pour Camille et le top du top, elle a convaincu un de ses amis de mettre en expo quatre de mes toiles dans sa galerie !

Renaud

Au fait, ça donne quoi ?

Lucie

Pour l'instant, pas grand chose, mais depuis une semaine il en a mis deux en vitrine. C'est inespéré, le quartier est très fréquenté.

Renaud

Ne te fais pas trop d'illusions…

Lucie

Tu ne crois pas en moi ?

Renaud

Tu sais bien que si, plus que tout. Tu es une artiste, une vraie, mieux : tu es un précurseur. Ta méthode est si novatrice !

Simplement, il faudra peut-être plus de temps que tu ne crois pour être remarquée.

Lucie

Il suffit que je le sois par la bonne personne.

Renaud

Le connaisseur averti, lui ne s'y trompera pas, tu es la meilleure ! Bon, je vais voir Camille pour lui annoncer l'arrivée de ce… "maître chanteur" !

Lucie

Et moi, je termine le portrait de Madame Rose, ce sera son cadeau de fête des mères.

Renaud

On a bien fait de l'inviter.

Lucie

Vu ce qu'elle fait pour nous, c'était la moindre des choses.

(Renaud sort, Lucie se remet à sa peinture. Quelques coups de pinceau et c'est fait. Elle remet le linge sur le tableau. On sonne. Elle va ouvrir. Ce sont les parents.)

Lucie

Ah ! vous voilà ! Vous arrivez en même temps !

(Catherine.) – On a fait du co-voiturage. Bonjour ma chérie.

Lucie

Bonjour maman. Camille, tes parents sont là !

Catherine

C'est chouette ici. Tu m'avais dit que c'était meublé mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi coquet.

Élisabeth

Un peu vieillot peut-être, mais propre… (À Léon.) Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?

Léon

C'est… sympathique.

Élisabeth

Mon pauvre Léon, toujours à côté de la plaque. Sympathique ! On dit ça de quelqu'un, pas d'un lieu !

(Renaud et Camille arrivent. Embrassades.)

Catherine

Renaud ! Je ne pensais pas que tu serais là.

Renaud

Moi non plus mais une grève surprise en a décidé autrement.

Catherine

(à Lucie)

Je vois que ce salon te sert d'atelier.

Lucie

Oui, il est très lumineux.

Élisabeth

(à Camille)

Alors, cette audition, ça se prépare ?

Camille

(ennuyée)

Oui…

Élisabeth

À voir ta figure, tu n'as pas l'air d'être très emballée…

Lucie

Bien sûr que si ! On répète beaucoup !

Élisabeth

"On" ?

Renaud

Lucie et moi, nous lui donnons la réplique.

Léon

Quelle bonne idée !

Élisabeth

Comme si tu t'y connaissais, toi, en chant !

(Léon se met dans un coin.)

Catherine

Ça ne peut que l'aider.

Élisabeth

Si toutefois elle est faite pour ça… (À Camille.) Tu es certaine d'avoir fait le bon choix ?

Camille

Le chant c'est ma passion.

Élisabeth

Oui, je sais, encore faut-il avoir les moyens de ses ambitions et apparemment, tu les perds tes moyens. Tu m'as lair d'être dans un drôle d'état. Tu sembles complètement paralysée par le trac… Léon ! Si ça ne t'intéresse pas ce que je raconte, tu peux repartir tout de suite.

Léon

Comme tu veux, ma bichette…